retour

POEMES et CHANTS BONIFACIENS



            (fond sonore)




A GREVA di i PIALLINCHI

Canzunétta Bunifazzinca de Léon CAMUGLE
inanta l'aria di:"Le Régiment de Sambre et Meuse"

Irinu ün bellu pocu di piallinchi
Chè purévinu furmà ün battaggiùn
Ghin'ira quatru céintu vintizzinqui
davanti a funtana di Lungùn
Cun asi, pulitrücci é asinini
Carghi di ferri da travaggià
Di bariloti é di catini
Si mittivinu tütti a cantà.

REFRAIN

A povérailla n'un io issi serva
Di tütta a banda di ricùn
Si mittiremu tütti in greva
Se n'un ni dannu cinquanta pattacùn.


LA GREVE DES TRAVAILLEURS DES CHAMPS

Chansonnette Bonifacienne de Léon CAMUGLI
sur l'air de : "Le régiment de Sambre et Meuse"

Ils étaient une bande de travailleurs
qui auraient pu former un bataillon,
il y en avait quatre cent vingt cinq
devant la fontaine de Lungun.
Avec des ânes, des ânons et des ânesses,
chargés de fers pour travailler,
de barillets et de cuves,
ils se mettaient tous à chanter :

REFRAIN

Les pauvres ne veulent pas être les serviteurs
de toute la bande de richards.
Nous nous mettrons tous en grève
si on ne nous donne pas cinquante sous.


Postu chè avura tüttu accrésci
Per fina u pan é u savùn
Ché nun si pio ciü manggia pésci
E chè u vin va déji pattacùn
N'un cunvégni a manggià séimpri ancciuviil
Vuremu carni é macarùn
E bévi ün gottu di vin o duvi
Invecci d'egua di Lunguùn.


Puisque maintenant tout augmente,
même le pain et le savon,
que l'on ne peut plus manger de poissons,
et que le vin vaut dix sous;
ne convient pas de manger toujours des anchois
nous voulons de la viande et des macaroni,
et boire un verre de vin ou deux
au lieu de l'eau de "Lungun".


U ricu n'un s'introscia mai
Ma quandu ciovi é quandu fannu i trùn
nuvi atri poviri disgrazziai
S'agrunccièmu dréinta u baracùn
Vurèmu ün bellu fasciu di légni
Per metti dréinta u camïn
Avura ché l'invernu végni
Bisogna ascadassi un tantïn.


Le riche ne se mouille jamais,
mais quand il pleut et qu'il tonne,
nous, pauvres malheureux,
nous nous accroupissons dedans le cabanon.
Nous voulons un beau fagot de bois
pour mettre dans la cheminée,
maintenant que l'hiver vient,
il faut se chauffer un petit peu.


N'un si pio avé un pocu d'ioru,
Ni véindinu quéllu di cutùn,
E invecci di scarpi di cartùn,
I Sindicati sù stai furmai
Per fa valé i nosci raggiùn.
Se n'un accréscinu i giurnais,
N'un paghiremu ciü cuntribuzziùn..

Créazziùn in Bunifazziu u 28 Friva 1911.


On ne peut avoir un peu d'huile,
on nous vend celle de coton,
et au lieu de soulier de cuir, on nous donne des souliers de carton.
Les syndicats ont été formés
pour faire valoir nos raisons.
Si on ne nous augmente pas les journées,
nous ne payerons plus les contributions.

Création à Bonifacio le 28 février 1911.

Vers le sommaire

dit par Max Comparetti :          

NOSTALGIA

Puésia di Cyprianu Dimeglio
chè si pio cantà cun l'arià di
"a barcarola bastiési"


NOSTALGIE

Poésie de Cyprien DIMEGLIO



I
Dopu tanti anni chè sun partiu,
in Bunifazziu sun turnaiu andà,
Dopu tanti anni chè mi languivu,
du mé païsi n'un mi piossu passà.

é quandu a séra, a l'estatina
vagu a spassiéggià,
rispiru l'aria chè mi mancava,
quést'aria pûra, da maccia é du mà.

Ciannu, ciannu, éintra un vapori,
é una barca da piscà.
Ciannu, ciannu, a séra miori,
U potu dormi, a luna véggirà.
I
Depuis tant d'années que je suis parti,
à Bonifacio, je suis retourné.
Depuis tant d'années que je languissais,
de mon pays je ne puis me passer.

Et quand le soir, en plein été,
je vais me promener,
je respire cet air qui me manquait,
cet air pur du maquis et de la mer.

Piano, Piano, un bateau rentre,
et une barque de pêcheur.
Piano, Piano, le soir se meurt,
le port dort, la lune veillera.

II
L'avé maria, svéggia l'aggéinti,
u pialincu va a tsappà.
U piscaù pripara i léinzi,
é da marina, ciama u marinà.

O rafaèlu. u téimpu è bellu.
avèmu da sciorti a sarpà,
piggià üna nassa, chè u téimpu passa,
s'aïza l'alba, u sù, a da spuntà.

Ciannu, ciannu, tira a paterna,
u mà girusu, ni fà ballà,
Ciannu, ciannu, va versu terra,
é véintu in pupa, in portu avèmu da intrà.



II
L'avé-maria réveille les gens,
le travailleur va piocher,
le pêcheur prépare les lignes,
et de la marine appelle le marin :

O Raphaël. Le temps est beau.
nous sortirons pour la pêche.
Prends une nasse, le temps passe,
l'aube se lève, le soleil va pointer.

Piano, Piano, tire les filets,
la mer jalouse nous fait danser.
Piano, Piano, va vers la terre,
et, vent en poupe, au port on va rentrer.


Vers le sommaire

dit par Max Comparetti :                        et extrait CD "Bunifazziu In Cantu / I Gargarozzi" (musique Alain di Meglio)


I Belli Festi di a Trinita
Puésia di Massimilianu Comparetti

Les Belles Fêtes de la Trinité
Poésie de Max Comparetti

Quandu a Trinità si chiola,
aséti, avura n'un ghi n'è ciü,
ma vitüri in anta a piazza,
si ni védi tantu é ciü.


Quand on va à la fête de la Trinité,
des ânes, maintenant, on n'en voit point,
mais des autos sur la place,
on en voit tant et plus.


A gijia è pina di giénti,
vigniüi pè prigà,
é bisiona séinti,
commu savèmu béin cantà.


L'église est pleine de gens,
venus pour prier,
et il faut entendre
comme nous savons bien chanter.

Zioghi d'amanduri é chini, oggi sparuii sùn, ma i mirizani pini, séimpri, ghi sun, pè culazziùn. Les jeux d'amandes et le loto, aujourd'hui, ont disparu, mais les aubergines farcies, on les a toujours pour collation.

A Quésti festi chè si ghi tégni,
é c'aspitèmu cun pasciùn,
Da luntan, u mundu végni,
Cun tanta divuzziùn.


Assister à ces fêtes auxquelles nous tenons
et que nous attendons avec passion,
de loin, le monde vient,
avec beaucoup de dévotion.


Trinita, trinita santa,
chè, commu u bastiùn,
a cruji du munti guarda,
i nosci belli tradizziùn.


Trinité, trinité sainte,
que, comme le bastion,
la croix du mont garde
nos belles traditions.


Vers le sommaire

chanté par Raphaël Piro:          

E MORTU L'ASETU
I

Sun, ün poviru disgrazziau,
nun so ciü, commu faro,
murijin sin'è andau,
mai ciü, nun puro,
rimpiazzà quéla béstia,
di tantu qualità,
chè a madri di a natüra,
gh'avéva pissüu dà.

II

Mi purtava in campagnia,
tütu mundu ru sà,
sachéti é bariloti,
é fèri da tsappà,
A séra cargu, intrava,
invernu commu està,
di ciachiri é di légni,
i ri purtava in cà.

II

i serviva di rilioru,
di réveille-matin,
tütti métini, a listéss'ura,
i cantava u sè refrain.
antava a mizu giurnu,
a séra pè intrà,
r'amavu vi ru züru
commu ün viru frà.

IV

Quandu andavu in santa-manza,
ru cargavu di mirùn,
rivignivu in bunifazziu,
ri vindivu un patacùn.
Avéva u se matraggiu,
commu quélu du campanùn,
quandu vidéva l'asinina,
ru purtava a sbandagnùn.

V

Avéva i sè difèti,
malgradu i sè vertü,
Si mangiava a bascira
é stripava u baja cü.
R'o suterrau o pia di figu
interrau l'atru métin,
tùtti i giurni, ghi, digu,
Requiem eterna murigin.

REFRAIN

E mortu l'asétu
di u barba pitrin,
è mortu u firiu,
di u stécu in anta o spin.
E mortu l'asétu,
a tirau u gambin,
a tirau u pétu,
Povéru murigin.


Vers le sommaire


Quelques voix disparues :

Choeur bonifacien improvisé : StabatMater           

Choeur bonifacien improvisé : StJeanBaptiste           

Conception Piro chante "Les yeux bleu"